Quelles autorisations pour construire une piscine ?

35

Tu te souviens de ma sœur qui voulait louer l’appartement pour l’été après avoir emménagé dans son marié ? Eh bien, tout va pour le mieux, d’autant plus qu’elle utilise le contrat de location saisonnier que je lui ai conseillé. Aujourd’hui, ils prévoient d’installer une piscine dans leur jardin. Je leur ai recommandé de poser des questions sur les règles à connaître avant d’installer une piscine privée. Vous verrez, c’est simple, mais important.

Règle #1 : Vérifiez si vous avez besoin d’un permis d’urbanisme

Comme pour toute construction, l’installation d’une piscine est soumise aux règles de l’urbanisme. Selon le cas, vous devrez demander un permis d’urbanisme auprès de la mairie : une déclaration préalable pour les petits travaux (Cerfa 13703*06) ou un permis de construire (Cerfa 13406*06) pour d’autres.

Lire également : Espace aquatique : les conseils pour une ouverture réussie

Attention, rappelez-vous que lorsqu’une piscine est installée « durablement » dans un jardin nécessite la construction de une salle technique. Cependant, si la superficie des locaux dépasse 20m², vous devez demander un permis pour construire la piscine et les locaux.

Ce côté, en ce qui concerne la piscine dans le sens strict, si elle est « enterrée » vous avez besoin :

Lire également : Quelles sont les meilleures pompes à chaleur pour piscine ?

  • obtenir un permis de construire si la piscine est supérieure à 100 m², ou si elle est sous abri (intérieur ou auvent) de plus de 1m80 de hauteur, ou lorsqu’elle est sous abri et dépasse 20 m² ;
  • la présentation d’une déclaration préalable est suffisante lorsque la piscine est comprise entre 10 et 100 m² ;
  • aucune formalité n’est requise lorsque le bassin est inférieur à 10 m².

Pour une piscine « au-dessus du sol », vous avez besoin de :

  • obtenir un permis de construire si la piscine est supérieure à 100 m²
  •  ; soumettre une déclaration préalable suffit lorsque la piscine est comprise entre 10 et 100 m² ;
  • aucune formalité n’est requise lorsque le bassin est inférieur à 10 m² ou lorsqu’il est installé pendant moins de 3 mois.

Attention aux règles locales parfois plus strictes :

Sachez que les municipalités peuvent également prévoir des règles locales plus strictes, alors n’hésitez pas à consulter votre département d’urbanisme pour vous assurer que votre projet est régulier.

Enfin, respectez l’autorisation d’urbanisme qui vous a été accordée car sinon votre piscine sera en violation et vous risquez d’être condamné à une amende pouvant aller jusqu’à 300 000€ (rarement de prison même si cette sanction est prévue) et à la restauration des locaux.

Règle #2 : Respecter les distances au sein des limites

Le déploiement de toute construction et, par conséquent, d’une piscine ou son terrassement ne peut pas être fait à moins de 3 mètres de la limite de votre propriété. C’est-à-dire que le terrassement que vous envisagez (le premier bord de la piscine) ne peut pas être situé à moins de 3 mètres de la clôture de votre voisin. Cela s’applique aux piscines hors-sol et enterrées.

Il convient de noter qu’ici aussi, la municipalité peut prévoir des règles plus strictes que la règle nationale de 3 mètres. Reportez-vous aux Règles du plan d’aménagement local de votre municipalité sous la rubrique « Établissement en relation avec les limites séparatives » ou demandez au département d’urbanisme de l’hôtel de ville.

Règle #3 : Installer un périphérique de sécurité

Ceci ne s’applique qu’aux piscines privées dont la piscine est complètement ou partiellement enterrée. Les piscines hors sol ne sont pas couvertes par les textes, mais restent toujours vigilants lorsque les enfants ne sont pas loin !

Il suffit d’installer l’un des quatre équipements suivants, qui doivent se conformer les normes établies par l’Association Française de Normalisation (demandez à un spécialiste des piscines) :

  • une barrière protectrice autour du bassin ;
  • ou d’un système d’alarme sonore ;
  • couverture de sûreté ou de sécurité ;
  • ou un abri de type porche dur qui couvre complètement le bassin.

Sachez que si un accident survient malheureusement dans votre piscine et que vous n’avez pas installé l’un de ces quatre équipements, cet oubli peut vous coûter une amende allant jusqu’à 45 000€ et votre assurance ne s’occupera pas de quoi que ce soit !

Règle #4 : N’oubliez pas d’être sûr

Si vous construisez une piscine enterrée en béton par un professionnel, assurez-vous de vous inscrire avant une « assurance des biens et dommages ». Cela vous permettra, en cas de problème, d’être immédiatement remboursé ou demander au professionnel de réparations couvertes par la garantie de dix ans, sans avoir à demander à un juge de l’ordonner. En fait, un professionnel est tenu pour sa garantie de dix ans pour sécuriser la piscine qu’il a installée pendant 10 ans à compter de la réception des travaux.

En plus de l’assurance dommages susmentionnée, lorsqu’un professionnel intervient, vous bénéficiez systématiquement de la « garantie d’achèvement parfait » : une fois intervenu, soit pour cette piscine en béton, soit pour toute autre (coque par exemple), il doit assurer son bon fonctionnement pendant un an. Cette garantie couvre la non-conformité identifiée dans les minutes que le professionnel doit remplir avec vous lors de la réception de la piscine, comme le défaut découvert au cours de l’année suivant la réception. Dans ce dernier cas, vous devez signaler le problème au professionnel par lettre recommandée avec avis de réception et il devra le réparer à ses propres frais.

Vous avez le permis de construire, l’appareil de sécurité aux normes et les travaux sont maintenant terminés, vous devez maintenant aviser votre assureur que vous avez une piscine dans votre jardin. En fait, selon votre contrat de responsabilité, vous pouvez ajouter des options pour couvrir les accidents qui peuvent survenir. Vérifiez auprès de votre compagnie d’assurance.

Règle #5 : Planifier l’impact sur les taxes d’installation de votre piscine

Vous devez déclarer votre piscine et ses installations « dur » (terrasse, salle technique) pour les taxes dans les trois mois suivant son installation. C’est ce que nous pourrions appeler « douloureux » parce que, désolé de vous le dire, votre piscine et ses accessoires augmenteront. Le montant des impôts proportionnellement à ses dimensions… En tant que bâtiment attaché à votre maison, votre piscine (enfouie ou hors sol) est en fait assujettie à la taxe sur le logement. Et quand elle est enterrée, elle est aussi assujettie à l’impôt foncier.

Sachant que les quelques mois par année de natation impliquent une taxe supplémentaire pourrait vous dissuader de déclarer votre piscine. Soyez prudent avec tout de même. Tout d’abord parce qu’un pool attire la jalousie des gens malveillants qui peuvent le signaler aux services fiscaux. Vous ne soupçonnez pas le nombre d’ajustements causés de cette manière. Par conséquent, il ne faut pas oublier que les autorités compétentes qui réalisent leurs tours aériens peuvent vérifier si la petite zone bleue de votre jardin a été déclarée et, dans le cas contraire, notifier les services fiscaux. Vous risquez alors un redressement fiscal.

Une exonération fiscale au cours des deux premières années :

Vous devez déclarer l’installation de la piscine à l’impôt, mais pendant les deux premières années après son installation, vous serez en mesure de nager avec un cœur clair parce que vous serez exonéré d’impôt. Mais sachez qu’à partir de la troisième année, la natation vous coûtera un peu plus… mais je n’ai aucun doute que les joies d’un piscine privée et la valeur ajoutée évidente apportée à votre maison par cette piscine compensera largement une facture d’impôt plus élevée !

Vous ne soupçonniez pas que décorer votre jardin avec une piscine impliquerait toutes ces étapes ! Cependant, le jeu vaut la chandelle, ma sœur est loin d’être découragée, car une fête de piscine est prévue cet été pour l’inaugurer !