Quelles sont les 8 catégories de locaux pris en compte dans une estimation par voie de comparaison ?

72

En matière d’estimation immobilière, la méthode par comparaison consiste à analyser les caractéristiques et les valeurs de biens similaires sur le même marché afin de déterminer la valeur d’un bien immobilier. Cette méthode est largement employée par les experts du secteur, car elle permet d’obtenir une évaluation précise et réaliste du prix de l’immeuble en question.

Les deux premières catégories : les immeubles résidentiels et commerciaux

Lorsque vous cherchez à vendre mon appartement, il est important d’avoir une connaissance approfondie des catégories de locaux pris en compte dans ce type d’estimation.

A découvrir également : Où trouver des cartons pour déménager ?

Les immeubles résidentiels regroupent tous les types d’habitations destinées au logement des personnes, comme les maisons individuelles, les immeubles collectifs, les appartements ou encore les résidences secondaires. Ces biens sont évalués en fonction de leurs caractéristiques propres (surface habitable, nombre de pièces, équipements, etc.), ainsi que de leur localisation (proximité des transports, des commerces, des écoles, etc.).

Les immeubles commerciaux incluent tous les types de locaux destinés à accueillir des activités professionnelles telles que les boutiques, les bureaux, les salles d’exposition, etc. Ils sont évalués selon leur emplacement, la surface totale, l’accès et la visibilité pour les clients. Pour estimer la valeur d’un local commercial, les experts considèrent son emplacement stratégique (zone piétonne, galerie marchande), sa dimension et son agencement intérieur ainsi que l’activité économique du quartier.

A découvrir également : Rénovation : comment bien repeindre sa façade cet été ?

Troisième catégorie : les immeubles industriels et d’ateliers

Les locaux destinés à la production ou au stockage de biens matériels sont également pris en compte lors d’une estimation par comparaison. La taille du bâtiment, sa situation géographique, les infrastructures logistiques (quais, routes d’accès) et l’impact environnemental sont autant de variables analysées. Les sites de production accueillent des activités de fabrication ou d’assemblage. Leur valeur locative dépend notamment de leur capacité productive, des équipements disponibles et des normes environnementales respectées.

Quatrième catégorie : les terres agricoles et forestières

Les terrains exploités pour leur ressource naturelle (cultures, élevages, sylviculture) sont aussi considérés pour une estimation immobilière. Le rendement, la pérennité des cultures et l’impact environnemental constituent des éléments clés dans l’évaluation de ces biens. Le prix d’un terrain agricole est principalement influencé par son potentiel de rendement, la qualité de ses sols et sa localisation géographique par rapport aux axes routiers ou autres infrastructures. L’évaluation d’une forêt repose sur son potentiel de production (bois, gibier), sa superficie et les éventuelles contraintes liées à la protection de l’environnement ou de la biodiversité.

Cinquième catégorie : les immeubles spécifiques

Les établissements comme les cafés, les bars, les restaurants et les hôtels sont évalués selon leur capacité d’accueil, le niveau de confort offert et la rentabilité de leur exploitation. Les centres dédiés aux soins médicaux ou au bien-être (cliniques, maisons de retraite, salles de sport) sont estimés sur la base du personnel qualifié disponible, des équipements présents et des réglementations respectées.

Sixième catégorie : les garages et parkings

Les espaces de stationnement pour véhicules font également partie des biens immobiliers pris en compte lors d’une estimation par comparaison. Leur valeur locative dépend principalement de leur emplacement, de leur accessibilité et de la sécurité offerte (gardien, vidéosurveillance).

Septième catégorie : les terrains non bâtis

Les terrains constructibles (y compris les jardins et les parcelles non aménagées) sont évalués en fonction de leur potentiel immobilier, la situation géographique et l’environnement alentour. Les experts estiment la valeur d’un terrain constructible selon le type de construction qu’il peut accueillir, sa superficie et les contraintes d’urbanisme applicables. Les terrains vierges ou non viabilisés doivent être évalués en fonction de leur potentiel futur et de la faisabilité des projets immobiliers qui pourraient y être développés.

Huitième catégorie : les biens atypiques

Parmi les biens immobiliers pris en compte lors d’une estimation par comparaison figurent également les biens atypiques tels que les lofts, les péniches, les châteaux, etc. Leur cote sur le marché dépend de leurs caractéristiques uniques, leur histoire, leur architecture et leur emplacement.