Ameliorer les performances energetiques de son logement : quelles conditions pour beneficier d’une prime energie ?

1052

Factures d’énergie élevées, forts écarts de température entre les différentes pièces du logement, courants d’air, système de chauffage mal adapté… L’ensemble de ces éléments peut rapidement nuire au confort de vie des habitants, mais également avoir un impact considérable sur leur pouvoir d’achat. Pour y remédier, des travaux de rénovation énergétique s’imposent. Et, pour ce faire, les particuliers peuvent bénéficier d’aides financières, et, notamment, de la prime énergie. Mais en quoi consiste-t-elle ? Quels sont les travaux éligibles ? Existe-t-il des aides complémentaires ?

Prime énergie : en quoi consiste ce dispositif ?

La prime énergie est une aide financière mise en place par l’État pour inciter les particuliers à entamer des travaux de rénovation énergétique au sein de leur logement. Ces derniers, en fonction des rénovations effectuées, peuvent ainsi bénéficier d’une subvention et économiser plusieurs centaines d’euros. Cette prime peut être demandée auprès de plusieurs organismes tels que les fournisseurs d’énergie ou des sociétés indépendantes. Nombreuses sont les enseignes issues de la grande distribution à proposer également un accompagnement et un financement dans le cadre de travaux de rénovation énergétique. Cela est notamment le cas avec les primes energie E.Leclerc. À savoir cependant, que, quel que soit l’organisme choisi, certains critères doivent être respectés pour pouvoir bénéficier d’une aide énergétique. Par exemple, le logement doit avoir été construit au moins deux ans auparavant et les travaux doivent être réalisés par un artisan RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).

A lire aussi : Quel est le prix d'un monte-escalier ?

Les travaux éligibles à l’obtention d’une prime énergie

Afin de pouvoir prétendre à l’obtention d’une prime énergie, il est indispensable de faire réaliser des travaux éligibles à cette dernière. En effet, toutes les rénovations effectuées en vue d’améliorer les performances énergétiques de son logement ne sont pas prises en charge. Sont concernés :

A lire en complément : Pourquoi votre prochaine table à manger devrait-être en bois massif ?

          Les travaux d’isolation (toiture, combles, murs intérieurs et/ou extérieurs, sols, façade, fenêtres)

          Les travaux de chauffage (installation d’une chaudière, cheminée, poêle à bois, pompe à chaleur)

À savoir toutefois, que certaines installations ne sont éligibles qu’en maison individuelle, et non pas pour les appartements.

Les autres aides possibles pour financer ses travaux de rénovation énergétique

La prime énergie peut être cumulée avec d’autres aides financières liées au programme de rénovation énergétique. En voici quelques-unes.

MaPrimRénov

Ce dispositif s’adresse à tous les ménages, sans condition de revenu et quel que soit leur statut (propriétaire ou locataire). Le montant de cette prime est calculé en fonction des économies d’énergie réalisées à la suite des travaux. Pour en bénéficier, il est nécessaire que le logement ait plus de 15 ans ou seulement deux ans s’il s’agit de remplacer une chaudière au fioul.

L’éco-prêt à taux zéro

L’éco-prêt à taux zéro est un dispositif permettant de financer ses travaux de rénovation sans pour autant faire d’avance de frais, comme cela peut être le cas dans le cadre de la prime énergie ou de MaPrimRénov’. Le montant du prêt peut s’élever jusqu’à 50 000 euros. Le logement doit avoir plus de deux ans et doit constituer la résidence principale du bénéficiaire.

Le dispositif global « coup de pouce économies d’énergie »

Ce dispositif est alloué à tous les ménages, mais sous condition de ressources. Il englobe plusieurs aides telles que la prime « coup de pouce chauffage », « coup de pouce isolation » ou encore « coup de pouce rénovation globale ». Cette aide est principalement versée par les fournisseurs d’énergie.