Hivernage de la piscine

1606

Après avoir bien profité de votre piscine en été, c’est le moment de la protéger contre les intempéries de l’hiver en procédant à son hivernage. Parfait pour préserver le bassin et les équipements, il s’agit d’une opération qui vous permet de maintenir la qualité de l’eau, afin de faciliter l’utilisation prochaine de votre piscine.

Qu’est-ce que l’hivernage de la piscine ?

L’hivernage permet de protéger la piscine et son installation pendant l’hiver, particulièrement contre les intempéries et les risques de gels. Ils peuvent en effet définitivement altérer votre installation. Bien que cela semble compliqué, il s’agit d’une opération facile à réaliser. Il faut cependant savoir que les étapes et le matériel à utiliser dépendent considérablement du type de piscine que vous avez et de sa taille.

A voir aussi : Qu'est-ce qui attire les blattes germaniques ?

Vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour l’hivernage de votre bassin dans les boutiques d’accessoires pour piscine. En revanche, il existe deux types d’hivernage et il faut tenir compte de celui que vous réaliserez pour faire vos achats.

Les différents types d’hivernage de piscine

Il existe aujourd’hui deux types d’hivernage pour une piscine : l’hivernage passif et l’hivernage actif.

A voir aussi : Comment cultiver un chèvrefeuille avec des boutures : nos astuces et conseils

L’hivernage actif de votre piscine

L’hivernage actif, comme expliqué sur le site piscineshop.com, est le fait de ralentir la filtration de la piscine et de maintenir cette vitesse pendant quelques heures par jour. Il permet de ne pas altérer la qualité de l’eau. Contrairement à l’hivernage passif, la réalisation de ce type d’hivernage est plus simple et facile. Encore appelé hivernage dynamique ou semi-hivernage, il est recommandé de recourir à ce procédé lorsque l’eau est en dessous des 12 °C.

C’est une solution adaptée aux régions ayant un climat tempéré et qui ne gèle pas. Pour la mise en œuvre de l’hivernage actif, vous devez prévoir un dispositif anti-gel, un testeur électronique. En ce qui concerne les produits, vous aurez besoin d’un anti-calcaire détartrant, d’un pH en sceau ou en bidon et d’un liquide d’hivernage.

Matériel de piscine

L’hivernage passif de votre piscine

L’hivernage passif revient à complètement arrêter le fonctionnement de votre piscine pendant l’hiver. Cette opération est connue sous l’appellation de « mise en sommeil » du bassin. Pour ce faire, vous devez totalement faire la vidange du circuit de filtration, afin d’éviter que l’eau stagne et finisse par geler (ce qui risque de détruire la piscine).

Il est recommandé d’opter pour ce type d’hivernage lorsque la température de l’eau est inférieure ou égale à 12 °C puisqu’au-delà, des micro-organismes peuvent se développer. Pour ce type d’hivernage, la couverture est indispensable pour éviter par tous les moyens que le niveau d’eau ne monte sur les skimmers quand il pleut.

Pour que l’opération soit efficace, vous aurez besoin :

  • d’une protection anti-gel,
  • d’un flotteur d’hivernage,
  • d’un testeur électronique,
  • de bandelettes,
  • d’un bouchon d’hivernage,
  • d’une bâche d’hivernage,
  • d’une ligne flotteurs.

Vous aurez également besoin des produits comme du liquide d’hivernage, du détartrant chimique, un traitement chlore choc, etc.

Quand faut-il hiverner la piscine ?

Il est conseillé de procéder à l’hivernage de la piscine lorsque la température de l’eau est inférieure à 12 °C de manière permanente. C’est très important d’attendre ce moment, car ce n’est qu’à cette température que les micro-organismes, les bactéries et les algues arrêtent de se développer. Si vous hivernez trop tôt votre piscine, vous allez assister à la prolifération des microbes et des germes. Cela rendra alors la remise en service de votre bassin très complexe au printemps.

Les étapes pour hiverner sa piscine

Les étapes pour hiverner sa piscine sont nombreuses et nécessitent de suivre un protocole bien précis.

La première chose à faire est de nettoyer minutieusement la piscine. Il faut enlever toutes les feuilles, insectes ou autres débris qui se trouvent dans l’eau et sur les parois du bassin. Un aspirateur spécialement conçu pour les piscines est idéal pour éliminer tous ces éléments indésirables.

Une fois le nettoyage terminé, il est temps de traiter l’eau. Utilisez des produits spécifiques tels que des algicides ou des désinfectants afin d’éviter tout développement d’algues ou de bactéries durant l’hiver. Suivez scrupuleusement les instructions du fabricant concernant la quantité à utiliser selon la taille de votre bassin.

Viennent ensuite les opérations liées au système de filtration : vidange complète du circuit hydraulique, bouchage des skimmers et buses ainsi que démontage et stockage hors-gel des équipements (pompe, filtre…). Cette étape permettra d’éviter tout risque de gel pouvant endommager le matériel.

Arrive le moment crucial : couvrir sa piscine avec une bâche adaptée ! Celle-ci doit être solide, opaque et parfaitement ajustée aux dimensions du bassin afin d’offrir une protection optimale contre les intempéries hivernales mais aussi contre toute intrusion accidentelle (animal domestique, curieux…).

Il ne reste plus qu’à patienter jusqu’au printemps avant de sortir son matériel d’hivernage pour remettre en route sa piscine. Une opération nécessaire si l’on veut profiter pleinement de son bassin tout au long de la belle saison !

Les erreurs à éviter lors de l’hivernage de la piscine

Si l’hivernage de la piscine est une étape cruciale pour préserver son bassin, certains propriétaires font encore des erreurs qui peuvent s’avérer coûteuses et engendrer des complications. Voici donc les erreurs à éviter lors de l’hivernage d’une piscine.

La première erreur fréquente consiste à sous-estimer le temps nécessaire pour bien hiverner sa piscine. Effectivement, cette opération nécessite beaucoup plus de temps que simplement couvrir la piscine avec une bâche. Il faut prendre le temps de nettoyer minutieusement, traiter l’eau correctement ainsi que vidanger et stocker tous les équipements hors-gel.

La deuxième erreur courante est liée au choix du moment où effectuer cette opération : il ne faut pas se précipiter en hivernant trop tôt ou tard dans la saison. Hiverner trop tôt peut entraîner un développement rapide d’algues pendant les périodes chaudes d’octobre alors qu’hiverner tardivement risque d’exposer votre installation aux premières gelées.

Une autre erreur souvent commise concerne justement la couverture : mal ajustée ou mal installée, elle expose votre bassin aux intempéries hivernales et favorise ainsi le développement fulgurant d’algues dans l’eau, notamment si celle-ci n’a pas été suffisamment traitée auparavant.

D’autres erreurs sont aussi détectables quand on souhaite procéder à un bon hivernage. Parmi ces autres fautes récurrentes figurent, entre autres, oublier de fermer les circuits d’eau ou encore ne pas effectuer un hivernage actif dans le cas de régions connaissant des périodes hivernales particulièrement rigoureuses. Effectivement, pour ces dernières zones, il est notamment recommandé de mettre en place un système permettant une circulation permanente de l’eau pour éviter le gel.

Bien que l’hivernage soit une opération importante à réaliser, il faut prendre son temps et éviter les erreurs susmentionnées afin d’être sûr que votre bassin sera prêt à être réutilisé dès les premiers beaux jours !